Maison d'édition des formats courts en SFFF

Réalités volume I

Réalités volume 1, ce sont dix petites perles de science-fiction et de fantasy réunies en un seul volume !

– La septième idole, par Sylvain Lamur, nous emmène dans un futur très lointain où l’humanité a disparu et où les robots sont en quête d’un sens spirituel à leur existence. Ils se tournent donc vers des antiquités, des robots et des intelligences artificielles d’un autre âge, les quelques rares machines encore en état de marche ayant côtoyé les êtres humains.

– Terminus Turnus, par Ludovic Klein, sous-titré Une aventure de Jack la Scoumoune, est un texte déjanté qui nous narre les déboires d’un chasseur de dieux intergalactique qui se prend un méchant retour de karma. À pleurer de rire.

– Autodafé, par Marie-Lucie Bougon, nous présente une Lutèce décrépite où les livres sont considérés comme la pire peste envisageable par les autorités et où des travailleurs éreintés se retrouvent le soir pour écouter des histoires lues par une vendeuse clandestine de livres d’occasion. Un texte d’une puissante amertume et d’une délicate joliesse à la fois.

– Cadenas d’amour, par Bruno Pochesci, est une version toute pochescienne du mythe du juif errant. Devenir accidentellement immortel en s’envoyant en l’air avec une bombe atomique est déjà problématique en soi, mais ça devient beaucoup plus tendu dans un futur où les bombes atomiques, justement, explosent de partout.

– Le sourire du barbare, par Sébastien Parisot, est un texte complètement con. Ça commence par « Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Et pour Johnny le Pulvérisateur, le dernier des Barbares, c’était bien là le hic… » Ça en dit long sur la suite, qui ne relève le niveau à aucun moment. Brillant.

– La louve pourpre, par Julien Morgan, nous lance à la chasse à la sorcière dans un Grand Nord où se dissimulent des métamorphes. Du souffle mythologique, un style splendide, une petite touche d’humour dans un texte qui fait mouche. Et de la fantasy signée Julien Morgan, c’est collector : un événement qui ne se reproduira peut-être jamais.

– Jeux dangereux au bord du monde, par Sylvain Bousquet, nous invite à suivre les pas d’un adolescent, membre d’une tribu d’enfants dans un monde en bout de course et dévoré par le « Grand Néant », et soumis aux affres propres à son âge dans le pire contexte qui soit.

– Mirradh, par Manuel Le gourrierec, est une chasse au dragon dans un « nouveau monde » gorgé de périls, et vue par les yeux d’un magicien de pacotille qui regrette sans nul doute certains de ses choix de vie, et qui entretient un amour caché pour Dame Velva, la chasseuse de dragon.

– Le sang et l’acier, par Xavier Portebois, est l’enquête d’un être humain synthétique dans une ville en ruine habitée par des humains de chair et de sang. Le texte traite des sensations que l’on peut ressentir quand on a un corps mécanique, et quand on est plus tributaire d’un seul corps, de vol de souvenirs, de fusion de mémoire… avec une sacrée finesse.

– Une fois le papier enflammé, par Marianne Escher, place un personnage vivant dans un futur absolument dystopique et morne face à un choix cruel. Le texte développe le dilemme moral avec finesse, là aussi !

Anthologie dirigée par Tesha Garisaki

Disponible en numérique à 2,99€ sur Amazon – Fnac – Nolim – 7switch – Archambault

En streaming gratuit sur youscribe et youboox

En papier à 12€ sur Amazon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *