Quelques tuyaux de mise en page : les basiques

avec 2 commentaires

Nous avons reçu de très bons retours sur notre tuto précédent au sujet des dialogues : vous êtes nombreux à nous avoir dit qu’il vous avait aidé, ce qui nous encourage à poursuivre cette série. Nous vous en remercions !

Aujourd’hui, nous allons voir quelques basiques, parce que mon expérience m’a appris que certains d’entre vous étaient vraiment des novices en traitement de textes. Il n’y a aucune honte à avoir : tout le monde n’a pas suivi de cours de bureautique. Par contre, s’il n’y a pas de bon travail sans bons outils, il est primordial d’apprendre à s’en servir. Je m’arrache les cheveux quand je dois corriger un texte dont les alinéas ont été faits avec la touche espace. Vraiment. Il ne faut jamais faire ça. Jamais.

La plupart d’entre vous connaissent déjà les manipulations que je vais exposer dans cet article, à ceux-là, je donne rendez-vous dans les prochaines semaines (nous verrons plus en détail la question des guillemets dans les dialogues, en passant en revue toutes les règles, cette fois, et nous apprendrons à utiliser le mode suivi des corrections et supprimer toutes les marques de correction en un clin d’œil, et là, je pense vraiment vous apprendre des choses que vous ignoriez sur Word 😉 ).

Les basiques, c’est quoi ?

Lorsqu’une maison d’édition met en ligne un appel à textes, elle précise souvent quelques modalités de mise en page classiques : Times New Roman, police 12, interligne 1,5, alinéa 0,5, marges 2cm, texte justifié, nom de l’auteur et titre du texte en en-tête, pages numérotées… C’est ce que nous allons voir aujourd’hui. Ne pas répondre à ces critères lors de votre soumission alors qu’on vous le demande vous ferait passer pour un amateur. Ce que nous sommes, pour la plupart : rares sont les auteurs professionnels qui répondent à des AT. Mais vous ne voulez pas passer pour un amateur parmi les amateurs, n’est-ce pas ? C’est parti !

Deux possibilités s’offrent à vous : soit vous tapez votre texte sans vous préoccuper de rien, et vous le modifiez ensuite, soit vous paramétrez votre traitement de texte avant d’écrire, à vous de voir. Nous allons partir d’un texte déjà tapé avec la mise en page par défaut de Word et le modifier selon les critères cités plus haut.

Attention, je tiens toutefois à vous prévenir : on va parler ici d’une méthode simple, mais qui est loin d’être la meilleure. Pour la mise en page, l’idéal est d’utiliser des styles, mais c’est un peu plus compliqué. On y reviendra dans un autre article. Si vous débutez, prenez les outils que j’indique ici en main, mais si vous avez un peu de bouteille, les styles sont faits pour vous. On y reviendra !

Cette fois-ci, nous allons faire joujou avec Mon père était un fabricant de cuillères, de Guillaume Parodi. Guillaume maîtrise la mise en page, alors j’ai volontairement bidouillé le fichier pour qu’il ressemble à ce que l’on obtient avec la mise en page par défaut de Word :

Tuto 1

  1. Changer la police

Ma version de Word (2007) utilise Calibri comme police par défaut. Elle est agréable pour une lecture sur écran, mais peu adaptée pour la lecture sur papier. On vous demandera donc de privilégier Times New Roman. Il se peut que ce soit déjà la police par défaut de votre traitement de texte, mais si ce n’est pas le cas, allez dans l’onglet Accueil et cliquez sur la flèche du menu déroulant à droite du nom de la police. Le menu s’ouvre, et vous y trouvez toutes les polices présentes sur votre ordinateur, par ordre alphabétique.

Tuto 2

Il suffit de cliquer sur « Times New Roman » pour en faire la nouvelle police en cours. C’est bien si vous n’avez encore rien écrit, mais si votre texte est déjà rédigé et que vous vous voulez tout changer d’un coup, commencer par sélectionner tout le texte en tapant Ctrl+A. Le texte apparaîtra alors en surbrillance bleue.

Tuto 3

Puis vous sélectionnez Times New Roman, et la modification s’appliquera à tout le texte.

  1. Changer la taille de la police

Toujours dans l’onglet accueil, à droite de la police se trouve la taille de police. Faites comme avec la police. Soit vous la paramétrez à 12 avant d’écrire, soit vous faites Ctrl+A et sélectionnez 12 ensuite pour modifier un texte déjà tapé.

Tuto 4

 

  1. Justifier le texte

Nous allons maintenant modifier l’alignement du texte, c’est-à-dire la façon dont il est réparti sur la page. Word nous propose 4 options : aligné à gauche, centré, aligné à droite et justifié.

Tuto 5

Par défaut, le texte est aligné à gauche. Word applique le même espacement entre chaque mot, et quand il n’a plus de place il passe à la ligne suivante.

Cliquons sur la dernière option, le bouton de droite, pour justifier le texte, après avoir tout sélectionné avec la commande Ctrl+A.

Tuto 6

Word modifie alors l’espacement entre les mots pour qu’ils soient bien alignés à gauche comme à droite, comme dans un livre.

  1. Changer l’interligne

L’interligne, c’est l’espacement entre chaque ligne. Par défaut il est « simple », ce qui signifie que pour un texte de police taille 12, l’espacement est de 12.

On vous demandera souvent un interligne de 1,5 (donc un espacement de 18) pour aérer le texte et le rendre plus agréable à lire. Mais il y a aussi une raison historique à ce choix, qui tient au processus de correction. Dans la première phase des corrections orthotypographiques, appelée « préparation de copie », à l’époque où celles-ci se faisaient sur papier avec un crayon rouge, le correcteur mettait ses annotations au-dessus du texte. Un interligne important lui permettait d’avoir de la place pour écrire…

Pour modifier l’interligne, on peut se rendre dans l’onglet Accueil, toujours. Puis vous connaissez la marche à suivre…

Tuto 7

Il existe une seconde méthode. Faites un clic droit avec votre souris et cliquez sur « paragraphe ».

Tuto 8

Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez sur la flèche du menu déroulant sous « interligne » et sélectionnez 1,5 ligne.

Tuto 9

Au passage, profitez-en pour cocher la case « Ne pas ajouter d’espace entre deux paragraphes du même style ». Par défaut Word ajoute une ligne d’espace chaque fois que vous changez de paragraphe, ce qui est absolument inutile dans notre cas.

Le texte a déjà bien changé :

Tuto 10

 

  1. Mettre des alinéas

N’utilisez pas la touche espace ou la touche tabulation pour faire des alinéas, je vous en supplie. C’est une perte de temps pour vous, mais aussi une perte de temps considérable pour le correcteur si jamais votre texte est sélectionné.

Pour mettre des alinéas au début de vos paragraphes, faites un clic droit et sélectionnez « Paragraphe ». Nous revenons sur cette fenêtre que nous avons déjà vue.

Tuto 11

Dans la section « Retrait », sous 1ère ligne, il y a un menu déroulant. Sélectionnez « positif ». Et juste à droite, vous pouvez choisir la taille du retrait. Par défaut, Word vous propose 1,25cm, ajustez à 0,5.

  1. Modifier les marges

Nous allons changer d’onglet et aller dans « Mise en page », puis sélectionner « Marges ».

Tuto 12

Par défaut elles sont de 2,5cm, mais pour l’exemple, notre éditeur nous demande de les ajuster à 2cm. Aucun des choix proposés ne correspond, nous allons donc cliquer sur « Marges personnalisées ».

Tuto 13

Et on va tout bêtement mettre 2cm partout.

  1. Créer un en-tête

Allons maintenant voir du côté de l’onglet « Insertion » et l’option « En-tête ». Nous allons choisir l’en-tête « vide ».

Tuto 14

On va vous demander de taper du texte, écrivez donc tout ce qu’on vous demande : votre nom, le titre de la nouvelle, votre adresse mail le cas échéant…

Tuto 15

Puis double-cliquez sur votre texte pour valider l’en-tête et revenir dans un mode normal. Et voilà le résultat !

Tuto 16

Il se peut que l’on vous demande de mettre ces informations dans un pied de page. Il vous suffira alors de choisir « pied de page » plutôt que « en-tête » dans l’onglet « Insertion », et procéder de la même façon.

  1. Numéroter les pages

Toujours dans l’onglet « Insertion », vous pouvez sélectionner « Numéro de page ». On vous propose alors plusieurs emplacements pour le numéro.

Tuto 17

Nous allons choisir de le mettre en bas de page. Là encore plusieurs choix s’offrent à vous. Pour cet exemple, nous allons choisir un numéro centré.

Tuto 18

Un pied de page va automatiquement se créer avec notre numéro bien centré. Il ne nous reste plus qu’à double cliquer sur le texte pour valider et sortir de ce mode. Les numéros de page seront appliqués automatiquement sur chaque page, vous n’aurez donc aucun besoin de recommencer cette manipulation sur chaque page du document. Une bonne nouvelle pour ceux qui ajoutaient leur numéros à la main en les centrant avec la touche espace 😉 (Oui, toi, dans le fond ! C’est de toi que je parle !)

Tuto 19

Et voilà !

Maintenant, comme je vous le disais en intro, cette méthode est très basique et n’est pas la méthode professionnelle. Si vous voulez vraiment être un champion, passez à notre tuto sur les styles !

N’oubliez pas : vous pouvez nous poser des questions sur la mise en page, l’écriture, le processus éditorial, etc. en commentaire. Nous nous ferons une joie d’écrire de nouveaux articles pour y répondre et propager le savoir !

Et si vous êtes intéressé par ces articles, vous pouvez vous abonner au flux RSS et à nos pages Twitter et Facebook grâce aux boutons tout en haut de cette page, afin d’être tenu au courant dès qu’on en publie un nouveau.

Je vous souhaite beaucoup d’inspiration et de plaisir dans l’écriture !

Des bisous,

Floriane

 

2 réponses

  1. Vinze
    | Répondre

    Argh je…
    Désolé mais perso quand je dois faire une maquette je préfère que le texte ne soit pas du tout mis en page que mis en page avec tes recommandations 🙁
    Il y a deux façon de mettre en page : par style ou par sélection et changement (comme là) pour les exceptions… Là tu fais de l’ensemble du texte une exception…
    En gros « ne pas utiliser la police par défaut mais Times », « ne pas utiliser la taille par défaut mais 12px ».
    J’ai mon modèle tout fait avec des styles où par défaut le texte est en Garamond 11px, une fois collé le texte dedans il reste en Times 12px… Ce qui m’oblige à annuler à la main (sélection puis « utiliser le formatage par défaut ») ce qui revient à annuler aussi les modifications d’exception (italique, gras) et donc à devoir faire super gaffe…
    Bref intégrer un texte pas mis en page : 5min, intégrer un texte mis en page comme ça : 1h facile… Donc pour une antho d’une quinzaine de textes avec des mises en pages variables (dans la technique) c’est assez lourd (et au final on se retrouve avec pleins de coquilles qui des fois n’étaient même pas dans le document d’origine).
    Mais comme j’ai pas le temps et le courage de faire un tuto je me contente de râler 😀

    • Floriane Moisan
      | Répondre

      Et là tu me donnes envie de me taper la tête contre un mur pour ne pas avoir parlé des styles !
      Perso ma méthode consiste plutôt à coller tous les textes dans ma maquette et appliquer mon style personnalisé ensuite, du coup cette méthode marche très bien pour moi, mais en effet, ça peut être gênant.
      L’article sur les styles arrive de suite 😉
      Merci Vinze !

Laisser un commentaire